DSC00330A6

 

Ce travail questionne l'identité, le couple, les tensions, les relations de force, de tendresse, de violence, de possession, de désir... 

Le couple peut être perçu de façon multiple, universelle, nous aurions aussi pu avoir 2 hommes ou 2 femmes... 

Quelles relations se construisent, comment s'opère la fusion entre les corps, entre les êtres? 

L'on parle d'intime, et pour mettre une distance avec ce sujet, la lumière est mise en scène afin d'abstraire le réel des corps, qui sont floutés, colorés, mélangés, jusqu'à ne plus pouvoir les appréhender exactement.

Cette lumière jouant avec les volumes ainsi créés, provoque une atmosphère douce, poétique, presque fantastique, loin des tons chauds et chairs que pourrait supposer un tel sujet. il y a aussi quelques images en noir et blanc. on n'est pas dans une réalité brute et la couleur évoque une ambiance plus urbaine, nocturne, froide...onirique. 

Les étreintes priment sur l'identification, les gestes se nouent , les corps se fondent dans le décor... se serrent, s'enlacent, se tendent, se tordent... et composent des formes, des matières, presque des sculptures. 

Les images sont prises dans un miroir, prisme figeant ces corps, autre mise à distance du sujet. Les aspérités de l'objet contribuent au caractère plastique de ces photographies.

on se trouve ici dans un questionnement entre D'agata et Coplans...

les personnages se dérobent, se reflètent, se composent... de l'autre côté du miroir, entre ombre et lumière…

 

DSC00312 - copie

 

DSC00313 - copie

 

DSC00324 - copie

 

DSC00325 - copie

 

DSC00327 - copie

 

DSC00328 - copie

 

DSC00337 - copie

 

DSC00334 - copie

 

DSC00330 - copie

 

DSC00316 - copie

 

DSC00322 - copie

 

exposition photographies benjamin kiffel 10 nov- 11 décembre 2011

Retour à l'accueil